Batiprint3D construit des murs sans maçon

Alors que le secteur du bâtiment manque de bras, des chercheurs de l’université de Nantes ont mis au point un grand bras robotisé capable de construire des murs. Ils ont déposé un brevet et créé une start up : Batiprint3D. Découverte de cette machine à imprimer en trois dimensions et en XXL, qui révolutionne la maçonnerie.

Mise en ligne : septembre 2020

Pourquoi…imprimer des maisons ?

Nous habitons des immeubles du centre-ville de Nantes, construits à la sueur de travailleurs. Alors c’est avec curiosité que nous sommes allés tourner autour du logement social Yhnova situé quartier Bottière, grande première en France : actuellement habité par une famille, il a été entièrement construit grâce à une méthode d’impression 3D robotisée. C’est encore plus intrigués que nous avons découvert le bras articulé géant qui avait réalisé cette prouesse. Dans un immense hangar situé à Saint-Aignan de Grand Lieu, les chercheurs nantais de la start up Batiprint3D travaillent à son amélioration, en vue d’autres « impressions » de bâtiments. Cette nouvelle façon de construire soulage les métiers du BTP en réduisant leur pénibilité et les coûts seraient abordables. Reste à imprimer des matières plus durables, en privilégiant des matériaux recyclés voire directement de la terre. Benoit Furet, professeur-chercheur au département génie mécanique et productique de l’université de Nantes et cofondateur de batiprint3D, nous a aidé à comprendre comment la recherche pouvait déboucher sur des applications concrètes.

Les seniors-reporters du groupe de Nantes centre-ville, urbains ouvert sur le monde fréquentant le centre socioculturel Hauts-Pavés Saint-Félix.
Les seniors-reporters du groupe de Nantes centre-ville, urbains ouvert sur le monde fréquentant le centre socioculturel Hauts-Pavés Saint-Félix.

Les seniors-reporters

Ginette Bertrand

Ginette Bertrand, 66 ans

Férue de jeux, elle ne manque aucune occasion de tenter sa chance, que ce soit aux cartes… ou comme journaliste.

Jean Michel

Jean Michel, 85 ans

Passionné d’images, il photographie ou filme le monde qui l’entoure et continue d’apprendre chaque jour.

Isabelle Ferré

Isabelle Ferré, 70 ans

Ancienne gardienne d’immeuble, elle est avide de relations sociales et défend la place de l’humain face à la technologie.

Marie-Claude Tonellier

Marie-Claude Tonellier, 79 ans

Elle a toujours une question en tête. Elle se demande surtout avec inquiétude quel est l’avenir des jeunes dans un monde où il y a de moins en moins de travail.

Marie-José Antier

Marie-José Antier, 71 ans

Très investie dans l’accueil de ses petits enfants, elle espère qu’ils pourront bénéficier des progrès scientifiques dans le domaine de la santé ou de l’écologie.